DOSSIER DE PRESSE ENCEINTE DE CONFINEMENT DU SARCOPHAGE DE TCHERNOBYL

DOSSIER DE PRESSE
ENCEINTE DE CONFINEMENT DU SARCOPHAGE
DE TCHERNOBYL

Sommaire
1 - Présentation du projet
2 - Les intervenants
3 - Chiffres clés
4 - Sécurité du personnel
5 - Bref historique / Dates clés
6 - Présentations et expériences de VINCI et Bouygues Construction dans le nucléaire


Contacts presse Bouygues Construction Contacts presse VINCI
Christophe MORANGE
01 30 60 55 05
Hubert ENGELMANN
01 30 60 58 68
h.engelmann@bouygues-construction.com
Vanessa LATTES
01 47 16 31 82 vlattes@vinci.com
Virginie CHRISTNACHT
01 47 16 39 56 vchristnacht@vinci.com

1 - PRESENTATION DU PROJET
Le projet comprend la conception et la construction d'une enceinte de confinement en forme d'arche, composée d'une
ossature métallique de 18 000 tonnes. Elle mesurera 105 m de haut, 150 m de long pour une portée de 257 m. Fondée
sur 2 longrines en béton, l’arche sera assemblée à l’ouest du réacteur accidenté (unité 4) et glissée au-dessus du
sarcophage existant.
Elle a pour objectifs principaux le confinement des matières radioactives, la protection contre les agressions climatiques
du sarcophage existant construit en 1986 juste après l’accident, et permettra à terme de mener les opérations de
déconstruction de l’unité 4 de la centrale de Tchernobyl.
Les fondations
Les travaux débuteront par les fondations de l’arche et la construction des bâtiments auxiliaires destinés à la gestion
des déchets de déconstruction.
Les travaux de fondation commenceront par la zone d’assemblage de l’arche, puis se poursuivront vers l’unité 4, ce qui
permettra de débuter les travaux d’assemblage de la structure au plus tôt.
L'ar che
Les éléments de la structure métallique seront préfabriqués en usine et amenés sur l’aire d’assemblage. Ils seront
d’abord assemblés au sol en trois parties. Dans un premier temps, les montants latéraux de l’arche seront amenés en
position d’attente par des vérins à câbles, supportés par des tours métalliques. Dans un deuxième temps, la partie
supérieure de l’arche sera levée et viendra se connecter aux deux montants latéraux, reconstituant ainsi un tronçon
d’arche capable de soutenir son poids propre.
Le tronçon sera déplacé dans un premier temps vers l’ouest, à l’opposé du sarcophage existant. Cette manoeuvre
permettra de libérer l’aire d’assemblage pour continuer le montage des tronçons d’arche suivants et procéder à
l’équipement final de l’arche.
Une fois totalement terminée et équipée, l’arche sera glissée vers l’est sur les longrines en béton jusqu'à son
emplacement définitif. Elle sera poussée à l’aide de vérins hydrauliques, pilotés par ordinateur, permettant d’effectuer
la translation en souplesse.
Les murs tympans Est et Ouest, suspendus à l’arche, ont été dessinés de manière à franchir les structures du
sarcophage existant. Seuls quelques travaux de finition resteront à faire à l’emplacement définitif.
Après des tests rigoureux et systématiques de ses fonctions, l’arche sera déclarée opérationnelle et pourra, à terme,
abriter les opérations de démantèlement du réacteur et de son sarcophage.
3
2 - LES INTERVENANTS DU PROJET
Maître d’ouvrage
Chernobyl Nuclear Power Plant (ChNPP) – Entreprise publique officiellement investie du démantèlement et de
l’assainissement du site de Tchernobyl.
Maître d’oeuvre
Project Management Unit (PMU)
Équipe commune composée de représentants du ChNPP et d’un groupement constitué de Bechtel, EDF et Battelle
Memorial Institute.
Groupement conception cons truction
Groupement composé à 50/50 de VINCI Construction Grands Projets (leader) et Bouygues Travaux Publics.
Financement
Chernobyl Shelter Fund (CSF) : 856 millions d'euros (tous projets confondus, liés au confinement du sarcophage
existant). Ce fonds a été constitué en novembre 1997 à l’initiative du G7 et abondé de dons internationaux :
• Commission européenne : 26,3 %
• USA : 19,16 %
• Allemagne : 8,35 %
• Royaume-Uni : 6,57 %
• Ukraine : 6,22 %
• Japon : 5,91 %
• France : 5,77 %
• Canada : 4,82 %
• Italie : 4,55 %
• Divers pays (21) : 12,35 %
Administrateur du fonds
Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD)
4
3 - CHIFFRES CLÉS
• Montant du contrat : 432 millions d’euros
• Portée de l'arche : 257 m
• Hauteur : 105 m (équivalent à un immeuble de 30 étages)
• Longueur couverte : 150 m
• Charpente métallique : 18 000 t (près de 3 fois le poids de la Tour Eiffel)
• Fondations définitives : 20 000 m3
• Durée de vie garantie de l’enceinte de confinement : 100 ans
• Durée des travaux : 53 mois
- dont études : 18 mois (Octobre 2007 – Avril 2009)
- dont construction : 35 mois (Avril 2009 – 2012)
• Personnel d’encadrement : jusqu’à 60 expatriés en période de pointe
• Ouvriers : 900 (ukrainiens) en période de pointe
5
4 - SÉCURITÉ DU PERSONNEL
L’embauche du personnel fera l’objet d’une sélection extrêmement rigoureuse, avec notamment un examen médical
très complet, décisif pour le recrutement.
Le personnel devra suivre une formation à la sécurité, afin de savoir comment se comporter en milieu radioactif.
Tout le personnel travaillant dans la zone de montage sera équipé de tenues adaptées (combinaisons, masques, bottes,
casques, gants) et de dosimètres. Ces équipements feront l’objet chaque jour d’un traitement spécifique réalisé sur le
site.
Les équipes feront l’objet d’un suivi médical régulier.
Les ouvriers travailleront 7 jours sur 7 et par périodes de 15 jours. Régulièrement, des exercices inopinés d’évacuation
de la zone auront lieu pendant la durée du chantier.
La conception et les méthodes de construction sont régies par le principe « ALARA » (As Low As Reasonably
Achievable). Il consiste, pendant la phase d’études, à étudier plusieurs solutions à un problème posé et pour chacune à
calculer le « budget de doses engagées* ».
Pendant la phase de travaux, chaque ouvrier sera équipé en permanence de dosimètres opérationnels et légaux. Les
données ainsi recueillies seront vérifiées par des techniciens en radioprotection présents sur le site. Le dosimètre légal
enregistre les doses prises mensuellement. Le dosimètre opérationnel (badge) permet quant à lui de suivre en temps
réel la dosimétrie engagée et de la comparer aux calculs prévisionnels. En cas de dépassement de la dose admise, le
personnel se voit refuser l’entrée de la zone des travaux.
Pour certains travaux, notamment dans les zones proches du sarcophage (longrines de fondation par exemple), le
personnel travaillera à l’abri d’écrans en béton ou en plomb.
* Dose maximum annuelle admise : 17 000 μSv/ an (soit 14,11 μSv/heure)
6
5 - BREF HISTORIQUE / DATES CLÉS
1992 : KIEV 92 INTERNAT IONAL COMPETITION
Concours d’idées lancé par l’Ukraine avec 2 questions :
• Avez-vous des idées ?
• Comment les mettre en oeuvre ?
394 propositions sont déposées en avril 1993. En juin 93, le groupement européen RESOLUTION, piloté par Campenon
Bernard SGE (VINCI), est déclaré vainqueur.
Le groupement propose de confiner, déconstruire, trier, stocker les déchets à vie courte, entreposer les déchets sans
destination ultime et financer le projet.
1994 : ÉTUDE DE FAISABILIT É
Étude de faisabilité, financée par la Commission Européenne, pour sécuriser le sarcophage existant.
• Stabilisation du sarcophage existant
• Construction d’une nouvelle enceinte de confinement permettant le démantèlement ultérieur du sarcophage
et de l’unité accidentée
• Gestion des déchets associés
Constitution du groupement ALLIANCE, regroupant 6 entreprises européennes :
• Campenon Bernard SGE – France (leader)
• AEA Technology – UK
• Bouygues – France
• SGN – France
• Taywood Engineering – UK
• Walter Bau – Allemagne
SEPT EMBRE 1994 - AOUT 1995 : premier contrat d’étude de 3 millions ECU
MAI 1996 - NOVEMBRE 1996 : deuxième contrat d’étude de 0,5 million ECU
2004 : APPEL D’OFFRES NSC (NEW SAFE CONFINEMENT)
L’appel d’offres porte sur la conception, la construction et la mise en service d’une nouvelle enceinte de confinement
(NSC).
Création du groupement NOVARKA constitué à parts égales (50/50) de VINCI Construction Grands Projets (leader) et
Bouygues Travaux Publics.
Partenaires locaux :
• UkrEnergobud • UkrEnergoMontazh
• Fundament • UkrNiiProyektStalKonstruktsiya
• TcentroStalKonstruktsiya • UkrStalKonstruktsiya
Mars 2004 : Lancement d’un appel d’offres pour la conception, construction et mise en service d’une nouvelle
enceinte de confinement permettant le démantèlement ultérieur du sarcophage existant.
Novembre 2004 : Remise des offres techniques
7
Juin 2005 : Invitation à remettre une offre financière
Septembre 2005 : 1ère soumission financière
Novembre 2005 : 2ème soumission financière
19 novembre 2005 : Ouverture publique des offres : le groupement NOVARKA est moins disant.
10 Août 2007 : Le groupement NOVARKA est déclaré adjudicataire
17 septembre 2007 : Signature du contrat
8
6 - PRESENTATIONS ET EXPERIENCES DE VINCI ET BOUYGUES CONSTRUCTION
DANS LE NUCLEAIRE
VINCI est le premier groupe mondial intégré de concessions – construction. Présent dans 80 pays à travers le monde,
VINCI emploie 142 500 personnes. Le Groupe qui a recruté 11 000 personnes en CDI en France en 2006, s’engage à
porter ce nombre à 12 000 en 2007.
VINCI a réalisé en 2006 un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros. Son activité se répartit entre quatre grands pôles
opérationnels : VINCI Concessions, VINCI Energies, Eurovia et VINCI Construction.
VINCI Construction est présent depuis près de 50 ans sur le marché du nucléaire, tant en construction de centrales qu'en
démantèlement et a réalisé près de 90 % du génie civil du parc nucléaire français.
VINCI Construction Grands Projets, en charge de la conception et la construction de l’enceinte de confinement du
sarcophage de Tchernobyl, emploie 4 300 personnes, intervient dans 80 pays et réalise un chiffre d’affaires de 777,7
millions d’euros.
VINCI Construction Grands Projets dispose de références dans le domaine du nucléaire :
Construction de centrales nucléai res
- Centrale nucléaire de Civaux (France) : 9 ans de travaux - 131,1 millions d’euros
- Centrale nucléaire de Daya Bay (Chine) : 7 ans de travaux - 269,7 millions d’euros
Travaux de démantèlement, décontamination et déconstruction
- Démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis (France) : 6 ans de travaux - 61,2 millions d’euros
Construction d’ins tallations de stockage
- Projet Magenta (France) : Septembre 2004 – Mars 2010 - 53,6 millions d’euros
Conception et construction sur la base de "garanties de performance" d'une unité d'entreposage de matières fissiles
solides non irradiées sur le site du Centre de Recherche Nucléaire du CEA à Cadarache dans le sud-est de la France.
- Laboratoire souterrain de la Meuse (France) : 8 ans de travaux - 156,9 millions d’euros
Etudes et réalisation de 2 puits d'accès de 500 m et d'un réseau de galeries de 340 m pour un laboratoire d'essais
scientifiques en vue du stockage souterrain de déchets radioactifs.
Au sein de son Pôle nucléaire, le Groupe Freyssinet (VINCI) réunit également des compétences en management de
projet, radioprotection, et sûreté :
- Ingénierie, construction
- Interventions en milieu nucléaire
- Assainissement, décontamination, démantèlement de structures et/ou de process
- Installations de traitement de déchets
En France
> Freyssinet Division Nucléaire Travaux Spéciaux
Spécialiste de la précontrainte des réacteurs nucléaires, Freyssinet en a assuré depuis plus de 30 ans l'installation sur
9
une centaine de projets dans 13 pays. En outre, l’entreprise conçoit et met en oeuvre des dispositifs parasismiques, des
solutions de renforcements, de modifications ou de démantèlement de structures, ainsi que des procédés de
manutention lourde.
> Salvarem
De la prévention du risque radioactif au démantèlement d’installations en passant par l’assainissement et l’optimisation
de la gestion des déchets, Salvarem maîtrise l’ensemble de ces savoir-faire dans le respect de la protection des
personnes et de l’environnement.
> Mecatiss
Spécialisée dans l’ingénierie sécurité incendie.
> Millennium
Acteur incontournable du conseil et de l’ingénierie dans le secteur particulier de la criticité de la maîtrise des risques
industriels et nucléaires ainsi que de leurs impacts sur l’homme et l’environnement.
Au Royaume-Uni
> NUKEM Limited
Intervient dans le démantèlement d’installations nucléaires, la décontamination, le traitement des déchets, la
radioprotection ainsi que dans l'ingénierie de process.
Référence Nukem : Usine de traitement des boues de Winfrish
Contrat clé en main pour une usine de traitement des boues téléopérée : conception / construction / opération.
Délais : 2005 à 2008
Montant : 50 millions d’euros
10
Bouygues Construction est un des leaders mondiaux dans les domaines du bâtiment, des travaux publics, de l’électricité
et de la maintenance.
Opérant dans une soixantaine de pays, il conjugue la puissance d’un grand groupe et la réactivité d’un réseau
d’entreprises organisées en sept entités complémentaires (Bouygues Bâtiment Ile-de-France, Bouygues Entreprises
France-Europe, Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL et DTP Terrassement, le pôle
Concessions et ETDE).
Bouygues Construction intervient sur tous types de projets en apportant une capacité forte en management de projets
complexes. Ses savoir-faire en matière de financement, conception, construction, maintenance et exploitation lui
permettent d’apporter une offre globale et des solutions innovantes à ses clients.
En matière de développement durable, Bouygues Construction a engagé une démarche structurée pour concilier les
exigences de rentabilité économique et les impacts sociaux, sociétaux et environnementaux de ses activités.
Avec 43 000 collaborateurs répartis à travers le monde, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 6,9 milliards d’euros
en 2006 et prévoit de réaliser en 2007 un chiffre d'affaires de 8,1 milliards d'euros.
Quelques chantiers majeurs en cours : autoroute A41 entre Annecy et Genève (France), tour T1 (Paris La Défense),
liaison ferroviaire "Gautrain" entre Pretoria et Johannesburg (Afrique du Sud), hôtel Hyatt à Ekaterinbourg (Russie),
métro aérien de Dubaï (Emirats Arabes Unis), port roulier à Tanger (Maroc), autoroute A4 (Pologne), centrale EPR
d'Olkiluoto (Finlande), centrale EPR "Flamanville 3" (France), tours Sail@Marina Bay (Singapour), etc.
Principales réali sations du Groupe dans le domaine nucléai re
Bouygues Construction est présent depuis une trentaine d'années sur le marché du génie civil nucléaire, tant en
construction de centrales qu'en démantèlement.
Centrale nucléaire du Bugey (1972 - 1978)
Conception, calculs et construction de l'îlot nucléaire qui inclut les enceintes de sûreté, le bâtiment des auxiliaires nucléaires, la piscine
de désactivation et différents bâtiment périphériques.
11
Centrale nucléaire de Flamanvil le (1979 - 1985)
Réalisation des travaux de génie civil des deux premières tranches (Flamanville 1 et 2), de 1300 Mw chacune.
Centrale nucléaire de Saint Alban (1979 - 1985)
Réalisation de l'ensemble des travaux de génie civil des deux tranches de production de 2 x 1 300 Mw. Chaque tranche se compose de
deux parties principales : la zone nucléaire et le bâtiment d'exploitation.
Centrale nucléaire de Chooz (1984 - 1991)
Réalisation de deux tranches nucléaires d'une capacité de production de 1 400 Mw. Les travaux réalisés incluaient la totalité du génie
civil des bâtiments de l'îlot nucléaire, de l'îlot conventionnel et de la station de pompage.
Synchrotron de Grenoble (1989 - 1991)
Réalisation du Synchrotron de Grenoble, accélérateur de particules permettant d'effectuer des recherches sur les composants de la
matière.
Démantèlement de la centrale du Bugey (1997 - 1998)
Démantèlement de la centrale suite à son arrêt définitif après 22 ans d'exploitation (1972-1994) et une production totale de
55 milliards de kWh. La spécificité de ce marché réside dans le caractère complet de la prestation, depuis l'assainissement et le
démantèlement du bâtiment piscine jusqu'à l'acceptation par l'organisme habilité (ANDRA) de tous les déchets produits.
Démantèlement de la centrale de Brennilis (1997 - 1999)
Démantèlement des installations industrielles, démolition des bâtiments et assainissement du terrain pour le rendre à son état
naturel. Les produits issus de la déconstruction ont été stockés avec le bloc réacteur dans une enceinte étanche, avant d'être retraités.
Laboratoire ANDRA (1999 - 2003)
Ce laboratoire souterrain est un outil de recherche pour analyser les effets du stockage de déchets radioactifs sur le milieu souterrain.
Réalisation d'un puits d'accès de 5 m de diamètre et de 508 m de profondeur, un puits auxiliaire de 4 m de diamètre et de 500 m de
profondeur et un réseau de 340 m de galerie souterraine (-490 mètres).
Laser Mégajoule (2003 - 2007)
Construction du centre d'essais nucléaire Laser Mégajoule (près de Bordeaux). Réalisation du génie civil et des corps d'états
secondaires. Placée au centre du bâtiment, la salle d'expérience est entourée de deux halls devant abriter 240 faisceaux lasers.
Bouygues Construction réalise actuellement les travaux de génie civil des deux premiers réacteurs de nouvelle
génération (EPR) au monde, à Olkiluoto (Finlande) et à Flamanville (France).
Centrale nucléaire nouvelle générat ion d'Olki luoto (2005 - 2008)
Framatome ANP a confié à Bouygues Travaux Publics la construction du bâtiment d'un réacteur nucléaire, des quatre bâtiments de
sauvegarde et de celui de stockage des combustibles usés.
Centrale nucléaire nouvelle générat ion de Flamanvil le (2006 - 2011)
La centrale Flamanville 3 accueillera un réacteur à eau pressurisée EPR (European Pressurized Reactor) d'une capacité d'environ
1 600 Mw. Réalisation du génie civil de la centrale nucléaire. L'ensemble comprendra une dizaine de bâtiments industriels, dont la
salle des machines et l'enceinte du bâtiment réacteur.